Ramsay Santé
Clinique Geoffroy Saint-Hilaire

Radiologie interventionnelle : quand les radiologues opèrent

Article le

La radiologie interventionnelle, discipline pratiquée par les radiologues dans les blocs opératoires, permet de réaliser des interventions min-invasives grâce à leurs outils d’imagerie.

Radiologie interventionnelle : quand les radiologues opèrent

Des interventions guidées par l’imagerie

« La clinique compte une équipe de radiologues, baptisée Imagerie Médicale Paris 5, et parmi eux, nous sommes deux (le Dr Bassam Hamze et moi-même) à intervenir au bloc » introduit Grégory Amouyal. Comme son nom l’indique, la radiologie interventionnelle consiste à opérer à l’aide des outils d’imagerie. Il y a trois types de traitements possibles avec cette technique, « tous effectués par voie percutanée[1] », précise le Dr. Amouyal : les actes endovasculaires (à l’intérieur des vaisseaux), les actes non-vasculaires (destruction de petites tumeurs, drainage biliaire et urinaire, biopsies) et les actes osseux (cimentoplastie et vissages percutanés).

« Nous pouvons par exemple traiter l’adénome de prostate sans générer de séquelle sexuelle, ou encore les fibromes utérins, sans pratiquer de résection et sans cicatrice. » Ces interventions étant guidées par toutes les modalités d’imagerie (radiographie, échographie, scanner), elles permettent de réaliser des actes mini-invasifs sans incision. Le praticien utilise notamment un arceau de radiographie et un échographe en salle d’intervention, appelée salle d’angiographie. « Cette installation est dotée d’un outil de navigation 3D permettant un guidage pour le cathétérisme des vaisseaux ou pour les ponctions percutanées ; elle est également dotée d’un logiciel de reconstruction des images permettant de l’imagerie en coupes type scanner. Ainsi le radiologue interprète les images du site opératoire en direct en salle d’intervention, sur une console dédiée, pour ajuster précisément le positionnement de son matériel », complète Grégory Amouyal.

Peu de séquelles et de douleurs post-opératoires

Grâce à cette technique de précision, « les suites de l’intervention sont simples, avec peu de complications. Les patients ont peu ou pas de douleurs post-opératoires », ajoute le radiologue. Aussi, la plupart des traitements peuvent être réalisés sous anesthésie locale, lors d’une prise en charge ambulatoire.

Cette discipline étant novatrice, le docteur Amouyal, en collaboration avec l’unité de recherche clinique de Ramsay Santé, a mis en place des protocoles de recherche pour étudier de nouvelles interventions, « notamment dans l’arthrose du genou, les troubles de l’érection et les destructions de petites tumeurs hépatiques », conclut le praticien.

 

Le Dr Grégory Amouyal est radiologue à la Clinique Geoffroy Saint-Hilaire (Paris) depuis mars 2019. Auparavant, il a travaillé pendant quatre ans dans le service de radiologie interventionnelle de l’Hôpital Georges Pompidou et est depuis 2018 praticien hospitalier mi-temps dans le service de radiologie à l’hôpital Saint-Louis. 

 


[1] Ponction à travers la peau.

Article précédent

Focus sur le gaz hilarant

Cette substance connaît un regain d'intérêt chez les jeunes mais n'est pas sans danger et peut générer des troubles graves de la santé.

Article suivant

Ramsay Santé lance une grande campagne de recrutement

Avec 500 postes à pourvoir sur tout le territoire, Ramsay Santé souhaite étoffer ses équipes dans les secteurs médical et paramédical et rendre encore...